Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions

Rat Behavior and Biology : Une cage sale aggrave la mycoplasmose

Aller à : Navigation, rechercher
Une cage sale aggrave la mycoplasmose
(http://www.ratbehavior.org/AmmoniaMyco.htm)


Auteur original : Anne Hanson (11 aout 2005)
Traduction : Cécile Voisin (4 janvier 2011)
Correction : Charlotte Dumartin, Estelle Deyrieux, Bérangère Castel


La mycoplasmose est une maladie respiratoire causée par l'organisme Mycoplasma pulmonis, un sale petit pathogène transporté par tous les rats de compagnie et que l'on trouve aussi chez les rats sauvages. Tous les rats le portent, mais tous n'ont pas de symptômes. Ces symptômes peuvent être traités, mais M. pulmonis ne peut jamais être complètement éradiqué du système respiratoire d'un rat par des traitements médicaux. La mycoplasmose a donc une grande part de responsabilité dans l'euthanasie des rats.

Qu'est-ce qui prédispose un rat à déclarer des symptômes de la mycoplasmose ? Il y a plusieurs facteurs impliqués dans le déclenchement et l'aggravation des symptômes de la mycoplasmose, et l'un d'entre eux est l'odeur d'urine (ammoniac) dans la cage.

La croyance commune des propriétaires de rats est de croire que l'odeur d'urine aggrave la mycoplasmose. Les rats éternuent plus quand leurs cages sont sales. Nettoyez la cage, les éternuements diminuent. Pourquoi cela devrait être le cas ? Que se passe-t-il dans le système respiratoire du rat ?

Premièrement, nous allons voir comment M. pulmonis et l'odeur d'urine affectent le système respiratoire du rat, d'abord séparément, puis combinés :


Sommaire

Mycoplasme seul : rats myco-infectés dans des cages propres

Les rats infectés par Mycoplasma pulmonis et gardés scrupuleusement dans des cages propres montrent des symptômes typiques de mycoplasmose comme des reniflements et une tête qui se secoue.

Les inflammations des membranes des muqueuses nasales (rhinites), de l'oreille moyenne (otite moyenne) et de la trachée sont très courantes (Broderson et al. 1976).

Quelques rats présentent des collapsus des poumons (atélectasie) partiels ou complets et du fluide dans les poumons (consolidation). Un petit nombre développent des poumons dilatés ou déformés, ou des abcès dans les poumons. Des lésions dans les poumons peuvent avoir lieu, souvent associées à une maladie des voies supérieures (Broderson et al. 1976).

En temps normal, le M. pulmonis occupe les voies respiratoires supérieures. Secondairement, des maladies pulmonaires peuvent se développer.

Odeur d'urine seule : rats SPF dans des cages sales

Les laboratoires ont créé des rats myco-négatifs (appelés SPF, ou specific pathogen free rats [1]) en délivrant les portées par césarienne. M. pulmonis se transmet de la mère à la progéniture par la filière pelvi-génitale.

Que se passe-t-il si l'on met des rats SPF dans des cages sales ?

Les rats SPF exposés à l'ammoniac ont développé des lésions dans le museau. La plupart des lésions étaient à l'avant du passage nasal, et la muqueuse de leurs voies nasales et respiratoires devenait trois à quatre fois plus épaisse que la normale. Cette zone abimée s'est oedématiée, avec les vaisseaux dilatés, et certaines des glandes sous-mucosales étaient remplacées par du collagène. Par contre, les rats SPF gardés dans des cages propres n'ont développé aucune lésion (Broderson et al. 1976).

Donc, l'ammoniac seul cause des lésions dans les voies nasales.

Mycoplasme et cages sales : mauvaise combinaison

Les rats infectés par M. pulmonis et exposés à l'ammoniac pendant plusieurs semaines ont tendance à avoir des symptômes de mycoplasmose plus sévères (éternuements, tête qui se secoue) que les rats myco-infectés gardés dans des cages propres. Quelques-uns ont développé des respirations haletantes et difficiles, que l'on ne retrouvaient pas chez les rats dans des cages propres (Broderson et al. 1976).

Les rats myco-infectés exposés à l'ammoniac développent les mêmes problèmes pulmonaires que les rats myco-infectés dans une cage propre (collapsus partiel des poumons, lésions pulmonaires) mais ces problèmes sont bien plus sévères chez les rats exposés à l'ammoniac que chez les rats gardés dans des cages propres. Certains des rats myco-infectés exposés à l'ammoniac développent des dilatations et des distorsions des poumons (bronchiectasis), un état que l'on rencontre rarement chez les rats myco-infectés gardés dans des cages propres. La prédominance des lésions pulmonaires est associée au taux d'ammoniac : plus l'ammoniac est concentré, plus le rat a des lésions pulmonaires (Broderson et al. 1976). Les lésions dans les voies nasales sont plus sévères chez les rats exposés à de forts taux d'ammoniac que chez les rats qui n'y sont pas exposés (Pinson et al. 1986).

L'ammoniac favorise la croissance de M. pulmonis dans les voies respiratoires (Saito et al. 1982, Schoeb et al. 1982, Pinson et al. 1988). En fait, Saito et al. (1982) ont découvert que les souris infectées avec M. pulmonis et exposées à un fort taux d'ammoniac avaient mille fois plus de bactéries que les souris infectées par M. pulmonis n'ayant pas été exposées à l'ammoniac.

Ainsi, des expositions récurrentes à l'ammoniac, peut-être par blessure aux muqueuses nasales, accroît la croissance de M. pulmonis dans les voies respiratoires supérieures, produisant plus de bactéries qui envahissent par la suite les poumons.

Conclusion

En temps normal, M. pulmonis infecte les voies respiratoires supérieures du rat et entraîne seulement dans un deuxième temps des maladies pulmonaires. Chez les rats SPF, les expositions récurrentes à l'ammoniac produisent des lésions nasales.

Quand M. pulmonis et l'exposition récurrente à l'ammoniac sont combinés, en mettant le rat dans une cage sale, les infections par mycoplasmose sont radicalement augmentées. L'ammoniac favorise la croissance de la bactérie M. pulmonis dans les voies aériennes supérieures, et ce large nombre de bactéries envahit les poumons et cause des lésions pulmonaires.

Ainsi, garder les rats dans des cages sales augmente sévèrement les risques de mycoplasmose.

Lectures complémentaires : pour les curieux, voici un résumé d'un article de recherche de 1976 sur l'ammoniac environnemental et les mycoplasmes.




Notes de traduction

  1. c'est à dire indemnes d'organismes pathogènes spécifiques