Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions

Rat Behavior and Biology : Pourquoi les testicules des rats sont-ils si gros ?

Aller à : Navigation, rechercher
Pourquoi les testicules des rats sont-ils si gros ?
(http://www.ratbehavior.org/testicles.htm)


Auteur original : Anne Hanson (11 août 2005)
Traduction : Cécile Voisin (5 janvier 2011)
Correction : Charlotte Dumartin et Estelle Deyrieux


La première vue d'un rat mâle peut choquer les non-initiés. Les testicules, ces coussins géants pendant derrière le postérieur, semblent prendre la totalité du champ de vision. Les testicules d'un rat donnent lieu à beaucoup d'humour et de gêne.

Mais, pourquoi les testicules sont-ils si gros ?

L'anatomie sexuelle d'une espèce est liée à son système d'accouplement. Dans les espèces chez lesquelles plusieurs mâles s'accouplent avec une femelle quand elle est en chaleur, le sperme de tous ces mâles est déposé dans le système reproducteur de la femelle en peu de temps. Un mâle déposant plus de sperme dans ces conditions aura de plus grandes chances de fertiliser les ovules de la femelle, et ainsi d'avoir une progéniture. Les mâles avec de plus gros testicules produisent plus de spermatozoïdes, et ont donc un avantage. C'est ce qu'on appelle la compétition spermatique, étant donné que les spermatozoïdes de différents mâles se battent à l'intérieur de système reproducteur de la femelle.

Les rats ont ce système d'accouplement dans lequel de multiples mâles s'accouplent avec une seule femelle, surtout lorsque la population est dense. Quand une femelle est en chaleur, elle peut s'accoupler avec plusieurs mâles en peu de temps. Le mâle ayant les plus gros testicules produira le plus de spermatozoïdes, ce qui signifie qu'il aura plus de chances de fertiliser les ovules.

Par contre, les espèces chez lesquelles un seul mâle s'accouple avec une femelle durant son œstrus n'ont pas de compétition spermatique, étant donné que la course des spermatozoïdes pour fertiliser les ovules de la femelle appartiennent à un seul mâle. Il n'y a pas besoin de produire beaucoup de sperme, ainsi les mâles de ces espèces peuvent se permettre d'avoir des petits testicules.

Cette relation entre la taille des testicules et la compétition spermatique vaut pour tout le règne animal, et on la retrouve chez les mammifères (primates, moutons, rongeurs, etc.), les oiseaux, les amphibiens, les poissons et les insectes. En fait, la taille des testicules est considérée comme un excellent indice sur le système d'accouplement des espèces. Les espèces chez lesquelles plusieurs mâles s'accouplent avec une femelle en peu de temps connaissent la compétition spermatique et ont de gros testicules par rapport à la taille de leur corps. Les espèces chez lesquelles un seul mâle s'accouple avec une femelle ne connaissent pas la compétition spermatique et ont des testicules relativement petits.

Et qu'en est-il des testicules des humains et de nos parents proches les gorilles et les chimpanzés ? Les gorilles sont de gros animaux de 200 kg, mais leurs testicules sont minuscules, un petit peu plus de 30 grammes à eux deux. Les gorilles vivent en petits groupes dans lesquels un mâle s'accouple avec plusieurs femelles : pas de compétition spermatique, d'où les petits testicules. Les chimpanzés sont des animaux plus petits, pesant 50 kg, mais leurs testicules sont plus gros, pesant environ 100 grammes à eux deux. Sans surprise, les chimpanzés vivent en groupes composés de nombreux mâles et femelles, et quand une femelle est en chaleur elle peut s'accoupler avec plusieurs mâles en une journée. Cela signifie qu'il y a compétition spermatique, d'où les gros testicules.

L'humain se situe entre les gorilles et les chimpanzés, avec un poids d'environ 70 à 90 kg, et des testicules pesant environ 40 grammes. Les testicules humains ne sont ni spécialement gros, ni spécialement petits. Cela indique que les humains ont un système d'accouplement n'ayant pas les mœurs légères des chimpanzés, ni l'exclusivité des gorilles. Ainsi, la compétition spermatique a probablement joué un petit rôle dans l'évolution de notre anatomie et notre comportement sexuel.

Références et lectures complémentaires sur la taille des testicules et la compétition spermatique :

  • Ressources en ligne :
  • Références littéraires :
    • Compétition spermatiques chez les :
      • mammifères : Ginsberg & Huck 1989, Gomendio et al. 1998
      • primates : Harvey et Harcourt 1984, Short 1979.
      • rongeurs muridés : Dewsbury 1984
      • campagnoles : Heske & Ostfeld 1990
      • zèbres : Ginsberg & Rubenstein 1990
      • béliers : Preston et al 2001, Preston et al 2003
    • Testicules, poids, production de sperme et sélection sexuelle : Kenagy & Trombulak 1986, Møller 1989, Parker 1982, Short 1979