Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions

Rat Behavior and Biology : La queue du rat

Aller à : Navigation, rechercher
La queue du rat
(http://www.ratbehavior.org/RatTails.htm)


Auteur original : Anne Hanson (11 août 2005)
Traduction : Cécile Voisin (16 décembre 2010)
Correction : Charlotte Dumartin, Estelle Deyrieux et Laura De Paepe
Retouche d'image : Nastasia Garsia Morais


Sommaire

De quoi est composée la queue du rat ?

La queue du rat est une extension de la colonne vertébrale qui sort par le bas de l'animal. La queue est un long cylindre composé de trois couches concentriques. Le cœur de la queue est un os (vertèbre). L'os est entouré par une couche de tendons, et les tendons sont entourés par une couche de peau. Les vaisseaux sanguins parcourent la queue entre les tendons.

Quelles sont les fonctions de la queue du rat ?

Thermorégulation

La queue du rat a une fonction thermorégulatrice : elle fait office d'organe pour réguler la chaleur. La queue est bien adaptée pour cela, car elle n'est pas recouverte de fourrure, elle possède une large surface, et elle est injectée de nombreux vaisseaux sanguins, surtout à l'extrémité et à la moitié de la queue (Yulong et al. 1995). La queue du rat représente seulement 5 % de la surface du rat, mais elle peut dissiper jusqu'à 17 % de la chaleur corporelle du rat (Monson et Oyama 1984).

Les rats contrôlent la température de leur corps grâce à leur queue en dilatant ou en comprimant leurs vaisseaux sanguins. Quand la température du corps du rat augmente de quelques degrés, les vaisseaux de la queue (surtout les veines) gonflent, ce qu'on appelle la vasodilatation, permettant à beaucoup de sang chaud de circuler à travers la queue (Vanhoutte et al. 2002). Le sang chaud perd de la chaleur à travers la surface de la queue, et retourne dans le corps à une température plus basse, rafraichissant ainsi le rat. Plus le rat a chaud, plus le sang circulera dans la queue, et plus il perdra de température (Thompson et Stevenson 1965, Little et Stoner 1968, Rand et al. 1965, Raman et al. 1987).

Lorsque la température du rat baisse, les vaisseaux de la queue rétrécissent en diamètre, ce qu'on appelle la vasoconstriction, limitant ainsi la circulation de sang vers la queue (Owens et al. 2002). Moins de sang circule dans la queue pour refroidir, et la température du corps est maintenue.

Équilibre

Les rats utilisent leur queue pour s'équilibrer. Ils escaladent des cordes et se maintiennent à des chaînes, ils marchent le long des clôtures, des fils téléphoniques et des branches ; leur queue les aide à maintenir l'équilibre.

La queue du rat a la même utilité que la perche qu'utilise le funambule sur une corde raide. Regardez la photo du rat en équilibre sur la corde. Voyez la corde comme un axe, et le rat comme capable de tourner autour de cette corde. Le centre de gravité du rat pourrait se trouver directement au dessus de la corde, s'il bouge d'un côté, la gravité le fera tourner autour de la corde. S'il ne suit pas correctement cette rotation, il tombe. La queue du rat augmente son inertie de rotation, rendant difficile pour lui de tourner autour de la corde (plus précisément, cela augmente sa résistance à changer de vitesse rotative). Cette inertie de rotation lui donne plus de temps pour ajuster son centre de gravité vers la position désirée. Si la queue du rat était enlevée comme par magie, son inertie de rotation disparaitrait, son corps tournerait autour de la corde et il tomberait ou tanguerait sur ses pattes.

La queue peut aussi aider à changer le centre de gravité du rat, bien que ce changement restera moindre étant donné que la queue est trop légère. Dans la photographie de droite, le rat se tient sur la corde avec ses pattes arrières, et ses pattes avant et sa queue pendent de chaque côté de la corde. Le centre de gravité du rat est faible et proche de la corde. Un petit centre de gravité permet de s'équilibrer plus facilement, étant donné qu'une large rotation est requise pour faire basculer le rat.

Sur la photographie ci-dessous, un rat marche sur un poster plié, posé entre deux chaises. Il maintient sa queue sur un côté, augmentant son inertie de rotation autour de l'axe du tube. Cela lui donne plus de temps pour faire les petits ajustements musculaires dont il a besoin pour garder son centre de gravité directement sur le tube.

Lectures complémentaires :

Les rats sans queue

Note : Je suis une biologiste, non une éleveuse de rats, donc ce n'est pas une section sur les rats sans queue en tant qu'animaux de compagnie. C'est un article sur la biologie des rats sans queue.

Il y a au moins deux mutations qui provoquent l'absence de queue chez les rats : l'anomalie létale (Tal) et stub (st)

  • L'anomalie létale (Tal) : La mutation dominante autosomique Tal est mortelle à son stade homozygote (quand le rat a deux copies du gène) : l'embryon Tal/Tal meurt après 9 à 10 jours de gestation (Hoshino et al. 1979). Chez les hétérozygotes (le rat a une copie Tal et une copie normale du gène), Tal entraîne l'absence de queue.


L'hétérozygote Tal/Tal varie beaucoup : la taille de la queue va de rien à la normale, et le nombre de nœuds dans la queue va de un à six par queue, et la gravité du nœud va du presque perceptible au crochet et tire-bouchon. Les rats sans queue ont aussi un poids plus faible du corps que les rats normaux (Schaid et al 1982, Hoshino et al 1979). Cette différence de taille entre les rats normaux et les rats sans queue est plus importante quand l'absence de queue vient de la mère que quand elle vient du père, sûrement parce que la petite taille des mères sans queue affecte leur capacité à se mettre sur leurs petits. Certains hétérozygotes ont des queues normales mais peuvent donner naissance à une progéniture sans queue, ainsi l'absence de queue peut sauter une génération (Schaid et al 1982).

Cette variation dans le phénotype indique une pénétrance incomplète de la mutation Tal. La pénétrance génétique (la probabilité qu'un individu porteur d'une mutation développe les caractéristiques causées par cette mutation) est estimée entre 81,8 % et 90,6 % (Schaid et al. 1982).

  • Stub (st) : La seconde mutation connue pour affecter la taille de la queue est la mutation récessive stub. Les rats homozygotes (st/st) meurent souvent à la naissance (Ratcliffe et King, 1941), indiquant que l'action de stub est différente de celle de Tal. On pense maintenant que la mutation stub est propagée par la population des rats de laboratoire (Schaid et al. 1982).


Rats sans queue et thermorégulation

La queue du rat l'aide à réguler la température de son corps. Les rats sans queue ne perdent pas la chaleur aussi bien que les rats à queue. La température centrale de leur corps monte plus haut et met plus longtemps à descendre. Par exemple, Spiers et al. (1982) ont découvert que quand un rat sans queue et un rat à queue ont chaud, la température du rat sans queue est 0,2 à 0,5 degrés plus haute que celle du rat à queue. Ensuite, le rat sans queue met environ une heure de plus à se rafraichir que le rat à queue.