Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions

Rat Behavior and Biology : La mutation hairless chez les souris et les humains

Aller à : Navigation, rechercher
La mutation hairless hr
(http://www.ratbehavior.org/hairless.htm)


Auteur original : Anne Hanson (11 août 2005)
Traduction : Jean-Luc Lequint (4 février 2011)
Correction : Charlotte Dumartin, Estelle Deyrieux et Cécile Voisin


Une mutation dans le chemin qu'emprunte l'hormone thyroïdienne chez la souris et chez l'Homme : le locus hairless (hr)

NOTE : aucune mutation du gène hairless sur le chromosome 15 n'a été trouvée chez les rats (Ahearn et al. 2002). L'absence de poils chez les rats est provoquée par d'autres mutations qui affectent la production de poils : fuzzy, shorn et nude (voir les Types de fourrure sur ce site, et Les Génotypes de l'Absence de poils Récessives, par LM Hua pour plus de précisions sur ces trois gènes). Le rat Charles River "hairless" qui est fréquemment utilisé par les chercheurs est une mutation différente, un allèle du fuzzy (Ahearn et al. 2002, Panteleyev et Christiano 2001).

Toutefois, la mutation hairless a été découverte chez les souris et les humains. De ce fait, je me permets une brève explication sur ce sujet.

Le gène hairless est activé par l'hormone thyroïdienne. Lorsqu'il est stimulé par l'hormone thyroïdienne, celui-ci code pour un co-répresseur, un facteur qui facilite la capacité de l'hormone thyroïdienne à inhiber l'expression de certains gènes. Plus spécifiquement, celui-ci inhibe la transcription des récepteurs aux hormones thyroïdiennes. Par conséquent, en l'absence d'hormone thyroïdienne, la protéine hairless réduit le nombre de récepteurs aux hormones thyroïdiennes, ce qui "supprime" les fonctions dépendant de l'hormone thyroïdienne, incluant certains facteurs de la pousse des poils. En tant que gène activé par l'hormone thyroïdienne et co-répresseur pour les récepteurs de l'hormone thyroïdienne, le hairless est un régulateur-clé de l'action de l'hormone thyroïdienne au niveau du cerveau et de la peau (Potter et al. 2001, Potter et al. 2002).

Le hairless fait partie du système de communication entre la thyroïde et les cellules de la peau. Selon l'importance de la mutation du gène hairless, les conséquences vont de la perte partielle à la perte totale des poils.

Les mutations hairless (hr) et rhino (hr-rh) sont toutes deux des allèles de ce locus chez la souris.

Analogue humain : Il y a au moins deux analogues de l'hairless chez l'homme : alopecia universalis "alopécie universelle" (Ahmad et al. 1998), et papular atricia (perte de poils accompagnée de la formation de comédons) (Ahmad et al. 1999a et Ahmad et al. 1999b).

Sites sur le hairless :


Voir aussi Panelelev et al. 1998, Panteleyev et al. 2000, Klein et al. 2002.




Notes de traduction

  1. poil, poil, la protéine est ici