Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions

Rat Behavior and Biology : Glossaire des termes utilisés pour le comportement des rats

Aller à : Navigation, rechercher
Glossaire des termes utilisés pour le comportement des rats

(http://www.ratbehavior.org/Glossary.htm)

Définitions informelles illustrées des termes relatifs aux comportements des rats


Auteur original : Anne Hanson (11 juin 2008)
Traduction : Cécile Voisin (17 juin 2011)
Correction : Charlotte Dumartin, Estelle Deyrieux et Laura De Paepe
Retouche d'image : Mushroom et Nastasia Garsia Morais

INDEX

Agressivité maternelle Grimper Œil exorbité Saut en ricochet
Alimentation Galop Oreilles qui remuent Se cacher
Allaitement commun Gazouillis Oscillation Se gratter
Allo-allaitement Gonflement Partage de nid Se presser sur
Allo-toilettage Grincement de dents Pas Sieste
Attaque prédatrice Gueule ouverte avec dents apparentes Pépiement Sifflement
Bâillement Hurlement Piaillement Signe de tête
Boire Immobilité dorsale Pica Sollicitation
Bond Immobilité tonique Piloérection Sur-marquage
Boxe Infanticide Pincement Sur-odeur
Bruxisme Lordose Pivotage avant Tenir la nourriture
Cachette Lutte Port de queue Toilettage céphalo-caudal
Chaleurs (femelles) Mâchement Position d'allaitement Toilettage de la tête et du corps
Chasse Manger Poursuite Toilettage de queue
Claquement de dents Manipuler la nourriture Pousser Toilettage de ventre
Combat Marche de biais Provisions Toilettage du corps
Comportement d’œstrus Marche en crabe Queue qui frémit Toilettage puissant
Construction de nid Marquage olfactif Queue qui remue Traîner (un autre rat)
Couinement-churr Marquage par flanc Queue qui se tortille Trichotillomanie
Couinement, court Marquage urinaire Ramper Trot
Couinement, long Mastication Ramper sur Tuer des ratons
Coup de patte Meurtre de petits Récupération de raton Vocalisations
Creuser Monter Renifler Vocalisations ultrasoniques
Dormir Montrer les dents Réponse d'immobilité au transport
Dos arqué Mordiller Ronger
Épinglage Morsure Roulement sur le dos
Exposition latérale Museau-à-museau S'enfuir
Fuite Nid commun S'exorbiter



Agressivité maternelle

Attaque d'une mère rate ayant une jeune portée. Généralement, de telles attaques consistent en un bond et une morsure, et sont dirigées contre le moindre animal approchant le nid de la mère et les petits. Les mères peuvent aussi marcher en crabe, boxer et traîner les intrus. De telles attaques peuvent décourager d'autres animaux d'approcher et de possiblement blesser leur progéniture (e.g. prédateurs, rats non-familiers).

Alimentation (manger)

Consommation de nourriture. Le rat prend des bouchées de nourriture avec ses incisives. Le morceau de nourriture est ensuite amené plus profondément dans la gueule où il est mâché entre les molaires puis avalé.

Allaitement commun (allo-allaitement)

Le partage du lait avec les petits d'une autre mère.

Pour en savoir plus, lire l'article intitulé Nid et allaitement communs chez les rats bruns.

Allo-toilettage, tête et corps

Un rat en toilette un autre, fréquemment autour du cou ou de la tête (surtout les yeux, la gueule, le menton et les oreilles). Chose moins fréquente, un rat peut toiletter les flancs d'un autre.

L'allo-toilettage du cou a lieu dans un contexte agonistique et est appelé toilettage agressif du cou. Le toilettage consiste en de petits mordillements rapides, à un endroit précis ou en se déplaçant lentement d'un côté. Une analyse vidéo de mouvements lents révèle que le toiletteur saisit des plis de peau entre ses dents (Miczek et Boer 2004). Le rat toiletté reste immobile, et peut même être poussé dans différentes positions. Le rat toiletté peut piailler ou couiner doucement. Le moindre mouvement soudain du rat toiletté peut déclencher une morsure ou un coup de patte arrière du toiletteur (Miczek et Boer 2004).

Le toilettage de la tête et du cou peut être une investigation olfactive du sebum de l'animal.

Attaque prédatrice

Séquence de comportements utilisés pour chasser et tuer une proie. Une séquence courante se compose de : détection de la proie --> chasse --> morsure --> mise à mort --> manipulation --> consommation. Plus d'informations sur la prédation des rats.

Bâillement

Profonde aspiration d'air par la gueule grande ouverte. Fréquemment associée à l'étirement. Pour voir de merveilleuses photos de bâillements de rats, regardez la Galerie de bâillements de the Dapper Rat.

Boire

La plupart des rats domestiques boivent au biberon, en léchant l'eau par la boule de métal située à l'extrémité. Les rats peuvent aussi laper l'eau stagnante d'une gamelle.

Bond (saut en ricochet)

Le rat avance en faisant des sauts : il pousse avec ses deux pattes arrières, atterrit sur ses deux pattes avant, ramène ses pattes arrières vers l'avant et pousse à nouveau. Le rat passe les 3/4 de son temps dans les airs : en un temps, les pattes avants touchent le sol, suivies rapidement des pattes arrières qui poussent le rat dans les airs, et trois temps plus tard les pattes avants touchent à nouveau le sol. Le dos s'arque lorsque les pattes arrières sont ramenées vers l'avant, rendant le bond très flagrant.

Boxe

Deux rats se tiennent sur les pattes arrières, face-à-face et presque museau contre museau, et se repoussent ou se donnent des coups de pattes avec leurs membres et pattes avant, généralement autour de la tête, du cou, des épaules et des pattes avant de leur opposant. Lorsqu'ils se boxent avec intensité, les rats se tiennent debout sur leurs pattes arrières et se poussent, se tapent et s'attrapent mutuellement. Lorsqu'ils se boxent peu intensivement, les rats s'accroupissent sur leur croupe et se mettent de légers coups de pattes. S'il n'y a aucun contact, l'affrontement est un museau-à-museau. La boxe est une stratégie défensive : aussi longtemps que le rat dominé maintient un contact moustache contre moustache, le rat dominant ne peut pas mordre sa croupe. Le rat peut répondre à la tactique de boxe par une marche en crabe (Blanchard et al. 1977).

Bruxisme

Grincement doux et répétitif des incisives entre elles. Cela sert à affûter les incisives et peut être effectué en période de relaxation ou de stress (Rosales et al 2002, Photo 1979). Voir aussi gazouillis.

Pour en savoir plus sur le grincement de dents et pour entendre des échantillons de sons, allez sur la Page des Vocalisations du Rat Brun.

Cachette, ou provision

Le rat prend un morceau de nourriture dans sa gueule, court quelque part, et dépose le morceau de nourriture. Le rat laisse fréquemment le morceau à cet endroit et recommence. L'endroit que choisit un rat pour cacher sa nourriture est généralement un lieu protégé, caché ou à moitié caché, comme sa maison, un cul-de-sac, ou un coin sombre.

Chasse, ou poursuite

Comportement de course lors duquel un rat poursuit un individu-cible. Si la chasse a lieu dans un contexte social, le poursuivant peut délivrer un pincement de dent à la croupe du rat qui fuit s'il se rapproche assez. Les rats peuvent aussi poursuivre une proie.

Combat, ou lutte

C'est une forme intense de conflit dans laquelle deux rats se battent en formant une boule, roulant ensemble et se mordant, souvent en criant. Selon Blanchard et al. 1975, le rat attaquant saute ou reste sur le dos de son opposant et essaye de mordre le flanc opposé.

Comportement d’œstrus (comportement de la femelle en chaleur)

Phase du cycle ovarien de la rate lors de laquelle elle affiche un comportement reproductif. Le comportement d’œstrus correspond à la phase proliférative vaginale, la période de 12h précédant l'ovulation.

Lors du comportement d’œstrus, la femelle sollicite le mâle pour l'inciter à la monter. Elle va vers lui puis part en courant ou en sautillant. Elle peut répéter cette séquence d'approche-retrait plusieurs fois, parfois en frétillant des oreilles. Elle peut aussi s'arrêter près de lui ou courir vers lui, et peut l'intercepter dans sa poursuite d'une autre femelle. Le mâle trouve ces comportements de sollicitation très attirants, et suit la femelle. S'il la monte, la pression qu'il exerce sur ses flancs, le bas de son dos, et la zone ano-génitale déclenche une lordose, la posture d'accouplement de la femelle (Nelson 1995).

Construction de nid

Les rats peuvent traîner ou porter des matériaux pour faire leur nid dans leur gueule vers le point de repos choisi. En captivité, ils peuvent choisir des morceaux de tissu, du papier de soie, de l'essuie-tout, et du carton déchiqueté. Les rats sauvages peuvent utiliser des feuilles et de l'herbe. Les rats déchiquettent le matériau en petits morceaux et tapissent le fond de leur nid avec.

Les rats construisent plusieurs types de nid :

  • matelassé : la forme de nid la plus simple. Elle consiste en quelques objets plats (feuilles, bouts de papiers) qui surélèvent le rat.
  • nid "en coupe" : nid le plus grand pouvant avoir une forme de coupe. Fait d'herbe à texture fine ou de bouts de papiers légèrement entrelacés pour former les bords de la coupe. La coupe est bordée d'objets plats. Trois à cinq rats peuvent se poser confortablement dans un tel nid. Le nid les élève à 2 à 6 pouces (environ 5 à 15 centimètres) du sol.
  • nid à capuchon : nid organisé dans lequel les parois montent si haut qu'elles forment un plafond, et le nid devient une sphère creuse avec seulement une ouverture. Ces nids sont parfois construits par des mères pour leurs portées.

Couinement, court

Note aiguë de 0,2 secondes qui monte ou descend légèrement. Entendu lors de toilettage de tête et d'interactions sociales légères. Les variantes incluent le pépiement (couinement court divisé en deux notes), et le couinement-churr (couinement qui se termine par une vocalisation à large bande ressemblant à un léger "churr"). Pour en savoir plus que les couinements courts et leurs variantes, et pour entendre des extraits de couinements, visitez la page sur les Vocalisations du rat brun.

Couinement, long

Couinement aigu et fort durant entre 0,2 et 0,3 secondes qui reste relativement constant. Produit par des rats dominés durant un toilettage du ventre, lors d'altercations tendues, ou en lourde protestation. Une variante est le long couinement divisé, qui est un long couinement divisé en deux notes. Pour en savoir plus et entendre des extraits de couinements, visitez la page sur les Vocalisations du rat brun.

Coup de patte

Peut avoir lieu lorsqu'un rat marchant en crabe approche de très près un autre rat. La patte arrière la plus proche du second rat se jette, et peut toucher le flanc du second rat ou plus haut sur le dos.

Coup de patte offensif : Le coup de patte offensif du rat ressemble plus à un grappin de la patte arrière qui attire les deux rats dans un affrontement proche, permettant peut-être au cogneur de se positionner avant le combat.

  • Coup de pied offensif. Lors d'une marche en crabe serrée avec Cricket, Widget donne un coup de patte arrière. Observez aussi comment Widget a attrapé la fourrure du ventre de Cricket avec sa patte avant.


Coup de patte défensif : Le rat lève une patte arrière et l'utilise pour empêcher une autre rat d'avancer ou pour le repousser.

  • Coup de patte défensive. Lors d'une approche de près par Henry (rat noir et blanc debout), Harvey (rat noir faisant face à l'appareil photo) pousse Henry avec sa patte arrière et sa queue. Photo aimablement fournie par Jon Lyman.

Creuser

Les rats creusent en poussant des poignées de terre vers l'arrière avec leurs pattes avant, faisant un tas sous leur estomac. Parfois, le rat utilise la totalité de l'avant de son corps pour pousser une charge vers l'arrière. Périodiquement, ils nettoient le tas accumulé en le poussant vers l'arrière avec leurs pattes arrières. Les rats peuvent nettoyer des tunnels en poussant la terre avec leurs pattes avant et leur tête.

Dormir

Suspension périodique de conscience.

Fuite

Un rat s'enfuit loin d'un autre, le second rat peut ou non le poursuivre.

Galop

Les membres des deux côtés bougent presque synchroniquement (e.g. les pattes gauches et droites avants bougent presque ensemble, les pattes gauches et droites arrières bougent presque ensemble). Le galop est une allure rapide et asymétrique avec une période de vol libre (les quatre membres au-dessus du sol).

Dans sa forme extrême, le galop peut devenir un bond ou un saut en ricochet lors duquel les pattes avant frappent le sol, suivies des pattes arrières, puis trois temps plus tard les pattes avant frappent à nouveau le sol (Gambaryan 1974, mentionné dans Golubitsky et al. 1999)

Gazouillis (claquement de dents)

Grincement répété des incisives entre elles. Peut être effectué lors d'un affrontement agonistique intense, et peut représenter un conflit interne (double activation) de tendances d'attaque et de fuite (Lammers et al. 1988). Peut être plus fort et contenir plus de sons de craquements que lorsque le rat utilise le bruxisme dans un contexte relaxant.

Pour en savoir plus sur les gazouillis et pour entendre des échantillons de sons, aller sur la Page des Vocalisations du Rat Brun.

Grimper

Déplacement vers le haut ou vers le bas sur une surface verticale. Les rats peuvent escalader à peu près n'importe quelle surface verticale ou en pente ayant une prise suffisante. Ils utilisent à la fois leurs pattes avants (tirer) et les pattes arrières (pousser) pour attraper des prises et se hisser. Ils peuvent utiliser leurs griffes s'ils ne peuvent pas utiliser leurs doigts de pattes, comme lorsqu'ils escaladent un écran ou un tissu. Les rats escaladent plus facilement qu'ils ne descendent. Ils descendent tête la première, et semblent avoir quelques difficultés à contrôler leur poids et leur vitesse de descente. Un rat peut commencer une descente et ensuite sauter ou tomber pour terminer le chemin.

Gueule ouverte avec dents apparentes

Expression faciale lors de laquelle la gueule est ouverte, révélant la base ou toutes les incisives inférieures. Plus l'expression est intense, plus la gueule est ouverte et plus l'on peut voir les dents. Dans une version très intense (observée lors d'un museau-à-museau), la gueule est grande ouverte et les incisives inférieures sont écartées en forme de "V", et le rat peut couiner ou siffler. Aussi, la fourrure du front semble aplatie et les oreilles peuvent être légèrement vers le bas et tournées vers l'avant. Cet apparence de "front plat" a été utile pour moi par le passé, avec ma défunte Paint, car c'était un bon indicateur d'un imminent bond-et-morsure sur ma main.

Hurlement

Cri puissant qui couvre plusieurs fréquences à la fois, de 0,2 à 20 kHz et peut-être au-delà en ultrason. Entendu lors de combats, lorsque le rat souffre, ou est en puissante protestation. Pour en savoir plus sur les hurlements et en entendre des extraits, visitez la page sur les Vocalisations du rat brun.

Immobilité dorsale, ou réponse d'immobilité au transport

Comportement de gel qui a lieu lorsque les rats sont attrapés par la peau du cou. La réponse est déclenchée par resserrement de la peau de la nuque (Mileikovsky et Nozdrachev 1997). L'immobilité dorsale est tout d'abord observable chez les ratons lorsque leur mère les attrape et les transporte d'un endroit à l'autre (e.g. pour ramener les ratons dans le nid) (Wilson and Kaspar 1994). Ce gel aide probablement la mère à porter les bébés, et la réponse d'immobilité dorsale est observable chez les petits de nombreux espèces nidicoles différentes. La réponse persiste à l'âge adulte chez les rats, ils continuent à se geler lorsqu'ils sont attrapés par la peau du cou (Webster 1981).

Immobilité tonique (catalepsie, inhibition paroxysmale)

Comportement de gel observé lorsqu'une pression sur le haut du dos/nuque du rat (Grant et Mackintosh, 1963 ; Lehman et Adams 1977 ; Meyer 1990 ; Tikal 1991 ; Webster et al. 1981).

L'immobilité tonique peut être observée lorsqu'un rat se met sur le dos lors d'un affrontement agonistique. Dans cette position, lorsque le rat est complètement allongé, le haut de son dos peut être en contact avec le sol et la pression peut déclencher une réponse d'immobilité tonique qui rend le rat immobile pendant un certain temps. L'immobilité tonique a tendance à durer plus longtemps chez les rats dominés (Tikal 1991). L'immobilité tonique peut aussi servir à réduire la probabilité d'une attaque lors d'un conflit, étant donné que les animaux préfèrent attaquer des cibles mouvantes (Thor et al. 1981). L'immobilité n'inhibera cependant pas toutes les attaques comme l'ont prouvé Blanchard et al. (1977) en découvrant qu'un rat résident motivé attaquera un intrus anesthésié.

L'immobilité tonique peut être artificiellement déclenchée par un être humain appliquant une pression sur le haut du dos. L'immobilité tonique pourrait être liée à l' immobilité dorsale lors de laquelle un rat se fige lorsqu'il est attrapé par la peau du cou.

L'immobilité tonique pourrait être liée à "faire le mort" ou l'"hypnose animale" chez d'autres espèces (e.g. cochons d'Inde, lapins, poulets, cailles, etc.). Par exemple, les poulets étant manuellement retenus par un être humain peuvent devenir mous et rester comme cela pendant un certain temps.

Infanticide (meurtre de petits)

Meurtre des petits de sa propre espèce. L'infanticide peut être suivi de cannibalisme, mais ce n'est pas toujours le cas. L'infanticide peut être commis par les mères, par des rates non-apparentées, par des rats non-apparentés, ou par les pères ; chacun commettant un infanticide sous différentes conditions et pour différentes raisons.

Les cibles de l'infanticide sont généralement les nouveaux-nés. Rarement, des petits plus âgés peuvent être tués. Les nouveaux-nés sont généralement simplement mangés (attrapés et consommés comme des morceaux de nourriture). Des petits plus âgés ont tendance à être tués avec des attaques prédatrices (séquence de poursuite, bond, morsure, meurtre).

Pour en savoir plus sur l'infanticide, visitez la page Infanticide chez les rats bruns.

Lordose (dos arqué)

Posture d'accouplement des femelles. La femelle se tient immobile, le dos arqué vers le bas, sa croupe relevée et sa queue sur le côté. Sa vulve, qui normalement fait face au sol, pivote de presque 90 degrés à la verticale, s'orientant vers l'arrière. Sans lordose, la copulation serait impossible.

La lordose est un comportement réflexif déclenché par un contact sur le bas des flancs, les flancs, ou la région génitale. La femelle peut aussi solliciter un comportement de monte chez le mâle, qui en retour déclenche la lordose.

Mâchement (mastication)

Broyage et déchiquetage de nourriture entre les molaires. La mâchoire inférieure est en position arrière, de manière à ce que les molaires soient en contact entre elles et pas les incisives. Le mâchement est impliqué dans la transformation de la nourriture avant l'ingestion, et est très différent du rongement. Pour plus de détails sur les biomécanismes exacts du mâchement, voir Weijs (1975), Weijs et Dantuma (1975).

Manipuler la nourriture (traiter la nourriture)

Les rats peuvent traiter leur nourriture avant de la consommer. Le traitement peut inclure le retrait d'une coque solide autour d'un cœur mou comestible : ronger la coquille d'une noix, éplucher la peau d'un petit pois. Le traitement peut aussi inclure d'orienter une proie avec les pattes jusqu'à la positionner correctement : par exemple, les rats tournent les crickets jusqu'à ce que la tête de l'insecte pointe vers le haut, et que le rat puisse arracher la tête avec les dents, tuant ainsi la proie. Les rats traitent ensuite les crickets en enlevant les pattes et les ailes avant d'en manger le thorax et la tête (Ivanco 1996).

Une fois que l'aliment est traité, le rat le tient généralement en accroupissant ses pattes arrières et en attrapant l'aliment entre ses deux pattes avants, ou, plus rarement, avec une seule patte avant. Les rats peuvent aussi prendre des bouchées de nourriture directement sans les tenir, bien qu'ils puissent tenir un large objet comestible avec une patte avant. Cela arrive généralement lorsqu'un aliment est trop large à prendre (e.g. os de poulet ou épi de maïs), ou lorsque l'aliment est en purée (e.g. soupe, sirop) ou trop petit à attraper (e.g. grains de sucre).

Marche de biais (exposition latérale, marche en crabe, se presser sur)

Posture menaçante lors de laquelle un rat (généralement le dominant mais pas toujours) s'approche d'un autre de biais et de côté ("marche en crabe") avec son dos très arqué, et se presse sur le second rat. La marche crabe peut être une stratégie à succès pour contrer une boxe et parvenir à mordre une croupe. S'il y a contact physique, le rat marchant en crabe peut pousser l'autre. Celui-ci peut aussi donner un coup de patte.

Marquage par flanc

Le marquage par flanc est un comportement de marquage odorant impliqué dans la communication olfactive lors duquel l'odeur d'un flanc (provenant surement des glandes sébacées, Ebling 1963) est frottée sur des objets de l'environnement. Généralement, le rat s'appuie sur une structure verticale (comme un mur ou le bord de l'entrée d'un terrier) et presse son côté contre la surface tout en avançant. Les mâles utilisent plus ce marquage que les femelles. Le marquage par flanc a tendance a être effectué dans des environnements familiers (Peden et Timberlake 1990).

Marquage urinaire, ou marquage olfactif

Le rat dépose de minuscules gouttelettes d'urine sur les surfaces et objets sur lesquels il marche. Cela est considéré comme un avertissement de la présence du rat et un attractif sexuel. L'urine peut être déposée par : (1) traînée ano-génitale : frottement de la croupe sur un objet, laissant une trace d'urine lorsque le rat passe par-dessus ; ou (2) lever de patte : lever la patte arrière la plus près de l'objet et uriner sur un coin en se tenant debout, ou en marchant à côté de l'objet avec une patte arrière au-dessus de celui-ci, laissant une traînée sur la longueur entière de l'objet (Brown 1975). Les rats peuvent marquer les autres de leur urine en utilisant (3) la technique du "ramper sur". Pour en savoir plus, visitez la page sur le marquage urinaire chez les rats bruns.

Monter

Un rat place l'avant de son corps sur la croupe d'un autre rat, par derrière. C'est la position de copulation des mâles, et on l'observe lorsqu'un mâle monte une femelle avant de s'accoupler. On peut aussi parfois l'observer entre des rats de même sexe, généralement dans un contexte agressif.

Mordiller

Les rats peuvent mordiller leur propre peau ou celle d'autres rats avec leurs dents. En temps normal ils n'arrachent pas la fourrure, mais semble plutôt peigner la fourrure avec leurs dents et mordiller la peau en-dessous. Si le mordillement est excessif il pourrait devenir de l'auto-trichotillomanie ou de la trichotillomanie d'un autre rat.

Morsure

Contact perçant avec les dents qui égratigne ou coupe la peau. Les dégâts vont d'une égratignure superficielle à une coupure profonde en passant par une entaille. Lors d'une morsure profonde, le rat touche l'objet avec ses incisives supérieures et ramène avec force ses incisives inférieures vers le haut. Les rats sont aussi capables de séparer volontairement leurs incisives inférieures en forme de "V" ce qui peut augmenter les dégâts d'une morsure.

Morsure sociale : Dans un contexte social, les rats peuvent se mordre entre eux, particulièrement lors de bagarres. Les morsures offensives ont tendance à être dirigées vers le bas du dos et les flancs. Les morsures défensives tendent à être dirigées vers le visage. Les morsures défensives sont parfois délivrées lors d'une séquence de bond-et-morsure. La morsure à la tête est caractéristique des rats blessés, effrayés, ou se défendant.

Notez que les morsures après bondissement dirigées vers le visage peuvent aussi être utilisées de manière offensives, surtout par les femelles envers des intrus (DeBold et Miczek 1981). Consultez RatRaisin, Inc. pour une plus grande analyse des morsures de rat.


Morsure prédatrice : Lors d'une séquence prédatrice, les rats peuvent aussi mordre leur proie avec leurs incisives et la tuer. Par exemple, les rats peuvent mordre la tête, le cou, ou le haut du dos des souris (Hsuchou et al. 2002). Les rats peuvent arracher avec leurs dents les têtes des criquets avant de les manger.

Morsure alimentaire : Lorsqu'ils mangent, les rats arrachent avec leurs incisives de petits morceaux de nourriture. La nourriture reste dans la bouche où elle peut être mâchée entre les molaires.

Museau-à-museau

Deux rats se tiennent immobiles, se faisant face. Les rats peuvent avoir leurs quatre pattes sur le sol, ou peuvent avoir une ou deux pattes en hauteur (auquel cas le museau-à-museau peut entraîner une boxe). Parfois, l'un des rats se penche vers l'autre pendant que le second rat se penche loin de lui (le rat qui se penche vers l'autre est généralement le rat dominant). En général, plus les rats sont proches l'un de l'autre, plus l'affrontement est intense. Le museau-à-museau peut être accompagné par une gueule ouverte avec dents apparentes du rat dominé. Les museaux-à-museaux sont des stratégies défensives : aussi longtemps que le rat dominé maintient un contact moustache-à-moustache, le rat dominant ne peut pas le mordre. Les museaux-à-museaux peuvent se transformer en boxe. Le rat dominant peut répondre au museau-à-museau par des techniques de boxe avec une marche en crabe (Blanchard et al. 1977).

Les museaux-à-museaux peuvent évoluer en boxe.

Nid commun (partage de nid)

Deux femelles ou plus combinent leurs portées dans un seul nid et les élèvent ensemble. Les mères peuvent être liées ou non, et les portées peuvent être de même âge ou d'âges différents. Inclut souvent un allaitement commun.

Pour en savoir plus, lire l'article intitulé Nid et allaitement communs chez les rats bruns.

Œil exorbité (s'exorbiter)

Le globe oculaire vibre rapidement d'avant en arrière dans la cavité. Cela a lieu lorsque le rat grince des dents (frottement doux et répétitif des incisives). Le muscle masséter du rat, qui passe à travers la cavité derrière le globe oculaire, fait rapidement bouger la mâchoire de haut en bas lors du bruxisme. Lorsque le bruxisme est intense, les contractions du masséter font vibrer l’œil d'avant et arrière dans la cavité en même temps que les dents grincent. On considère généralement que cela indique plaisir et contentement.

Oreilles qui remuent

Une femelle vibre rapidement des oreilles. Les oreilles qui remuent font partie d'une suite de comportements de sollicitation lors desquels la femelle amorce et maintient un comportement de monte du mâle. Les oreilles qui remuent ont lieu lorsque la femelle est en comportement d’œstrus, environ tous les 4 ou 5 jours.

Pas

Séquence d'allure latérale sans période de vol libre (les quatre pattes au-dessus du sol). Le pas est la plus lente allure du rat.

Piaillement

Brève (0,1 sec) note aiguë qui monte généralement en intensité. Son ressemblant à un léger "bwip". Entendu lors de toilettages de la tête et du corps. Pour en savoir plus sur les piaillements et en entendre des extraits, visitez la page sur les Vocalisations du rat.

Pica

Consommation de substances non-nutritives comme l'argile, le kaolin (une sorte d'argile), ou même de la litière. Le pica est la réponse aux nausées étant donné que les rats ne peuvent pas vomir.

Piloérection (gonflement)

Les poils du corps du rat se hérissent. Cela peut avoir lieu lorsque le rat a froid ou lorsqu'il est stressé, comme pendant ou après une altercation intense.

Pincement

Contact de pincement léger avec les dents laissant la peau intacte. Peut entraîner un couinement.

Pivotage avant

Technique défensive adulte lors de laquelle le rat défenseur se tient sur ses pattes arrières et pivote sa partie avant pour faire face à l'attaquant, mais laisse sa partie arrière en contact avec le sol. Le pivotage avant permet au rat de lancer une contre-attaque. La défense la plus juvénile est le roulement sur le dos, lors duquel la partie arrière suit la partie avant et le rat termine sur le dos.

Port de queue

Les rats peuvent attraper leur queue dans leur gueule et la porter. Cela pourrait être une forme de comportement maternel déplacé des rates mères. Les rates gestantes étant privées de matériaux pour faire leur nid essayent de construire des nids en transportant leur queue encore et encore vers le lieu de nidification choisi. Les rates mères avec des portées allaitées peuvent ramener leur propre queue dans le nid.

Position d'allaitement

Position accroupie et recroquevillée d'une rate mère par dessus sa progéniture qui permet aux ratons de s'allaiter et qui leur fournit protection et chaleur. La position d'allaitement peut aussi être pratiquée par des femelles non-allaitantes et même par des mâles ayant été régulièrement exposés à des ratons adoptifs.

Pousser

Peut avoir lieu lorsqu'un rat marchant en crabe a un contact physique avec un autre rat. En utilisant son flanc, le rat marchant en crabe se presse contre le second rat. Le rat marchant en crabe peut baisser sa tête, parfois jusqu'entre ses pattes avant (peut-être pour la protéger), ou sous le second rat (peut-être pour faire levier). Le second rat peut rendre la pareille de manière à ce que les deux rats se poussent mutuellement. Sinon, le second rat peut être repoussé. Si l'affrontement a lieu sur un rebord, le rat qui pousse peut faire tomber le second rat dans le vide.

Queue qui se tortille (queue qui remue, queue qui frémit)

La queue bouge sinueusement sur le sol, et peut claquer sur le sol. Le mouvement peut impliquer la queue entière, ou seulement son extrémité. On observe généralement une queue qui se tortille lors de museaux-à-museaux. J'ai aussi réussi à provoquer ce mouvement en recouvrant la tête du rat avec ma main et en appuyant doucement.

La fonction de la queue qui se tortille est inconnue. Elle pourrait indiquer un fort degré de tension ou d'excitation, peut-être une excitation négative. Par exemple, les femelle allaitantes peuvent tortiller leur queue lors d'affrontements agressifs entre elles (Adams et Boice 1983).

Ramper

Démarche non posturale et mal organisée utilisée par les ratons ayant entre 3 et 10 jours.

Ramper sur

Un rat approche un autre rat de flanc et maintient un contact corporel proche en rampant par dessus l'autre animal. Des marquages urinaires sont parfois déposés pendant cet acte. Il semble qu'il n'y ait pas de partie corporelle favorite pour marquer, l'urine est distribuée sur la plupart du dos (Taylor et al. 1987).

Récupération de raton

Comportement de transport lors duquel une mère rate attrape un raton égaré dans sa gueule, généralement par le cou, et le ramène dans le nid. Peut être facilité par la réponse d'immobilité au transport.

Renifler

Ensemble de séquences de mouvements lors desquelles (1) le rat sonde de son museau les surfaces alentours avec une série de mouvements de tête discrets, (2) le bout du museau et les moustaches font des mouvements rapides, (3) le rat inspire et expire rapidement (Welker 1964). Le reniflement est souvent une composante du comportement d'exploration. En reniflant, les rats sondent leur environnement via l'odorat et le toucher des moustaches.

Ronger

Le rat met sa mâchoire inférieure vers l'avant avec son muscle de la mâchoire de manière à ce que les incisives se touchent et pas les molaires. Les incisives supérieures tiennent l'objet et les incisives inférieures sont poussées avec puissance vers le haut pour le couper. Ronger est une spécialité des rongeurs, et leurs articulations et muscles de la mâchoire spécialisés donnent aux rongeurs une possibilité efficace et puissante de ronger. Ronger est très différent de mâcher, qui est utilisé pour mixer la nourriture avant ingestion.

  • Stylo rongé ( très gros plan, 1,1 MB). Regardez les marques des incisives. Les incisives supérieures coupent un petit morceau semi-circulaire dans l'objet, les incisives inférieures creusent un trou profond.

Roulement sur le dos (épinglage)

La technique de défense juvénile lors de laquelle un rat roule sur son dos devant un autre, parfois après avoir été pincé ou mordu à la croupe. Le rat au-dessus peut ensuite marcher sur le rat allongé, parfois s'orienter à la perpendiculaire de l'axe du rat allongé (évitant ainsi les moustaches), et l'immobiliser. Le rat du dessus peut toiletter le ventre du rat allongé (voir aussi toilettage du ventre, ou "toilettage puissant"), peut-être pour essayer d'atteindre la nuque ou la croupe. Rouler sur le dos permet d'éviter des attaques supplémentaires pour plusieurs raisons : le jeu-combat est dirigé vers la nuque, et les morsures offensives sérieuses sont dirigées vers le bas du dos et les flancs, ainsi un roulement cache ces zones. De plus, le rat sur le dos devient immobile, et la mobilité est un stimulus important de l'attaque (Thor et al. 1981). Pour finir, le rat allongé peut toucher le visage de son opposant avec ses dents et ses moustaches, ce qui peut aussi activement inhiber les attaques (Blanchard et Blanchard 1977).

Ainsi, le roulement sur le dos n'est probablement pas un signe de soumission ou de défaite qui inhibe d'autres attaques, car l'attaquant peut continuer à attaquer. Le roulement sur le dos est plutôt une stratégie défensive : le rat dominé peut échapper à des morsures dans la mesure où il peut interposer son ventre entre l'attaquant et ses propres zones cibles de la croupe et de la nuque.

Se cacher

Un rat se retire dans une zone sécurisée, de préférence loin du rat agressif. Il peut rester là, assis silencieusement pendant longtemps, parfois jusqu'à une heure.

Se gratter

Les rats peuvent lever une patte arrière et se gratter, généralement avec des mouvements rapides de la patte arrière et des griffes. Ils peuvent atteindre leur tête (yeux, oreilles, etc.), leur cou, leurs pattes et flancs avants.

Sifflement

Vocalisation effectuée lors d'affrontements agonistiques intenses, généralement lorsque les rats sont très proches ou en contact. De tels conflits intenses ont tendance à avoir lieu lorsque les rats sont confinés et ne peuvent pas s'échapper, étant donné que la fuite passe avant le combat et le sifflement. Les sifflements durent généralement environ 1 seconde et n'ont pas de début ou de fin distinct ce qui rend l'identification du sifflement d'un rat difficile. Les sifflements ont aussi une composante ultrasonique (Berg et Baenninger 1973). Les deux sifflements que j'ai entendu ont été émis par le rat défensif. Pour en savoir plus sur les vocalisations du rat, visitez la page Vocalisations du rat brun.

Signe de tête (oscillation)

Mouvement de la tête de haut en bas ou d'un côté à l'autre. Cela peut précéder un saut au-dessus d'un trou. Les rats agitent leur tête afin d'obtenir une profondeur visuelle (distance entre eux et un objet au loin) en utilisant les signaux de parallaxe de mouvement. Les albinos peuvent osciller plus fréquemment que les rats pigmentés car leur vue d'albinos est très faible. Pour en savoir plus sur la perception en profondeur et la vue des rats albinos et pigmentés, voir Que voient les rats ?

Sollicitation

Initiation des femelles à l'interaction sexuelle. Une rate en comportement d’œstrus essaiera d'amorcer et de maintenir un comportement de monte en sollicitant le mâle. Elle fonce vers lui, puis court et saute un peu plus loin. Elle peut attendre un peu, revenir, frétiller des oreilles, et répéter la séquence. C'est ce qu'on appelle la sollicitation complète. Dans la sollicitation partielle, elle s'arrête devant le mâle ou court devant lui. Lors d'une interception, elle fonce devant un mâle qui suit une autre femelle et le distrait.

Le rat mâle trouve ces comportement très attirants, et il peut être motivé à suivre et monter la femelle. Le fait de toucher son dos déclenche une lordose, la posture d'accouplement où la femelle arque son dos, permettant ainsi la copulation. Pour en savoir plus, voir Nelson 1995.

Sur-marquage

Dépôt d'un marquage olfactif par-dessus le marquage olfactif d'un autre rat. L'odeur la plus au-dessus est nommée sur-odeur.

Toilettage céphalo-caudal

Séquence de toilettage de la tête et du corps (commune à tous les rongeurs). Le rat commence par se lécher les pattes, puis les frottent sur sa tête. Cela est suivi par un léchage et un frottement des flancs et du corps, de la région ano-génitale, et de la queue. La séquence peut être de pauvrement organisée à très stylisée, pratiquée de manière similaire ou identique à chaque fois. Chez les rats, la plupart des séquences semblent être pauvrement organisées. La séquence de toilettage peut être interrompue n'importe quand, et il semble que les rats arrêtent généralement avant de nettoyer leur queue.

Toilettage de ventre ou toilettage puissant

Un rat toilette le ventre d'un rat couché. Cela peut être une tentative pour atteindre la nuque, ce qui est l'objectif du jeu-combat. Voir aussi " Roulement sur le dos" et allo-toilettage.

Traîner (un autre rat)

Un rat attrape la peau d'un autre rat entre ses dents et essaye de tirer celui-ci vers une destination particulière.

On retrouve cela chez les mères rates. Price et Belanger (1977) ont examiné le comportement des mères rates envers les intrus et ont découvert que 33 % des femelles trainaient ou tiraient les intrus, généralement vers le nid. Les mères rates attrapaient la nuque 61,4 % du temps, le côté 28,3 % du temps, la queue 8,7 % du temps, et l'oreille 1,6 % du temps. Traîner les rats adultes pourrait être une composante de l'agressivité maternelle.

Wiesner et Sheard (1933) ont observé que les rates allaitantes peuvent traîner leurs compagnons et progénitures adultes vers le nid. Les rates allaitantes peuvent même traîner des jeunes lapins ou des chatons. Cet acte a tendance à s'estomper lorsque la lactation diminue, ce qui suggère que le fait de traîner est lié à un transport normal des ratons. Les rats adultes pourraient être simplement un stimulus "supranormal" de la réponse de récupération, et la mère pourrait les traîner parce qu'ils sont trop lourds pour être soulevés et portés.

Trichotillomanie

Toilettage excessif lors duquel la fourrure est arrachée. Les rats peuvent mutuellement s'enlever les poils, dans de tels cas les régions de trichotillomanie et les zones chauves subséquentes sur les autres rats sont la tête, le visage, le cou et les épaules. Les rats dominants peuvent arracher les poils des dominés (e.g. Bresnahan 1983). Les mères allaitantes peuvent avoir des estomacs rasés, soit par les mordillements des bébés une fois que les dents sont apparues, soit par la mère elle-même en réponse à l'irritation de l'allaitement.

L'auto-trichotillomanie est aussi présente chez les rates non-allaitantes, dans ce cas les rats peuvent arracher la fourrure de leurs pattes avants et de leur poitrine. La trichotillomanie est parfois causée par les acariens Demodex, ou est le résultat d'un toilettage mutuel quand l'alimentation des rats contient plus de 20 % de matières grasses. Les autres causes possibles incluent les ulcères de la peau (pyodermite), d'autres parasites externes, des troubles génétiques, des déficiences en calories ou en protéines, une abrasion sur des surfaces rugueuses, un déséquilibre hormonal, une maladie rénale chronique, une mycose (dermatophytose), et une reproduction intensive (Harkness et Wagner 1995).

Trot

Allure lors de laquelle les pattes se déplacent en alternance (les deux pattes avants alternent entre elles, tout comme les deux pattes arrière), et les paires de pattes diagonales bougent de manière synchronisée (la patte avant gauche bouge en même temps que la patte arrière droite). Cette allure est de vitesse intermédiaire entre la marche et le galop.

Vocalisations ultrasoniques

Vocalisations au-delà de 20 kHz. Les rats émettent différents ultrasons dans divers contextes. Différents types de vocalisations incluent :

٭ Appels de détresse des bébés : Les bébés ratons, qui ne peuvent pas réguler leur propre température, émettent de appels de détresse aigus à 40 kHz lorsqu'ils ont froid (Allin et Banks 1971 ; Carden et Hofer 1992).

٭ Ultrasons de détresse longs : Les rats émettent de longues vocalisations à 20 kHz lorsqu'ils ne sont pas contents ou stressés. Par exemple, ces appels sont émis lorsqu'un rat adulte ou jeune est socialement vaincu (Thomas 1983), voit un prédateur (Blanchard 1991), a mal (Cuomo 1988, Tonue 1986) ou anticipe une douleur (Antoniadis 1999).

٭ Ultrasons courts et sifflants : Ces appels sont plus courts et plus aigus (50 kHz) que les ultrasons négatifs (Knutson 1999), et on pense qu'ils sont positifs. Les adultes et les jeunes les émettent lorsqu'ils jouent (Knutson 1998), font la cour (Barfield 1979), et en anticipant de manger (Burgdorf 2000). Voici un article sur "rire des rats" ainsi qu'un résumé écrit par les chercheurs.

Pour en savoir plus, consultez Qu'entendent les rats ?