Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions

Rat Behavior and Biology : Gestation et tumeurs mammaires

Aller à : Navigation, rechercher
Gestation et tumeurs mammaires
(http://www.ratbehavior.org/PregnancyAndMammaryTumors.htm)


Auteur original : Anne Hanson (22 juin 2010)
Traduction : Séverine Lemaître (6 décembre 2010)
Correction : Charlotte Dumartin, Estelle Deyrieux et Cécile Voisin


Chez l'être humain, la grossesse protège contre les tumeurs mammaires spontanées

Chez l'être humain, les risques de cancer du sein sont significativement réduits chez les femmes ayant mené une grossesse à terme lorsqu'elles étaient jeunes (Russo et Russo, 1997, Russo et al. 2005). MacMahon et al. (1970) ont découvert que les femmes ayant mené une grossesse à terme avant l'âge de 20 ans ont deux fois moins de risques de développer un cancer du sein que les femmes n'ayant jamais mené de grossesse à terme.

La grossesse protège contre les tumeurs mammaires provoquées chimiquement

Plusieurs études ont examiné le rôle protecteur de la grossesse et des hormones de grossesse sur la fréquence de tumeurs mammaires provoquées chimiquement chez les rats. Les rates menant à terme une grossesse sont moins à même de développer une tumeur mammaire en réaction aux carcinogènes que les rates non-accouplées. Sinha et al. (1988) ont découvert que 70% des rates non-accouplées développent des tumeurs mammaires provoquées chimiquement, contre 14% des rates ayant mené une grossesse à terme. Swanson et Christov (2003) ont découvert que 100% des rates non-accouplées exposées à un carcinogène développent de multiples tumeurs mammaires chacune, alors que les rates ayant mené une grossesse à terme développent une moyenne de 0,4 cancers par animal.

Les hormones de grossesse protègent contre les tumeurs mammaires provoquées chimiquement

L'effet protecteur de la grossesse sur la fréquence de tumeurs mammaires peut être provoqué grâce à des hormones imitant celles de la grossesse. Les rates non-accouplées à qui l'on donne des hormones chorioniques gonadotropes (HCG) (Russo et Russo, 2000), ou de l'estradiol et de la progestérone (Blakely et al. 2006, Guzman et al. 1999, Medina 2004, Rajkumar et al. 2004, Swanson et Christov 2003) développent sensiblement moins de tumeurs face à un carcinogène que les rates exposées à celui-ci mais n'ayant pas reçu d'hormones de grossesse. Les hormones de grossesse inhibent la création et la progression de carcinomes mammaires provoqués chimiquement. Trois semaines d'exposition à de faibles dose d'œstrogène et de progestérone entraînent le même effet protecteur contre les tumeurs provoquées chimiquement qu'une grossesse (Medina 2004).

Comment une grossesse protège-t-elle des tumeurs mammaires ?

La grossesse expose les glandes mammaires à de forts afflux d'hormones ovariennes, pituitaires et placentaires. Ces hormones préparent le tissu mammaire à produire du lait. Ces changements altèrent la nature du tissu mammaire à tel point qu'ils deviennent définitivement moins à même de développer des tumeurs (Russo et Russo 1996). Le mécanisme exact n'est pas encore totalement compris. La grossesse pourrait modifier des cellules du tissu mammaire pour qu'elles deviennent moins réceptives aux carcinogènes, ou bien pourrait les modifier pour qu'elle prolifèrent moins, ou bien l'environnement hormonal pourrait être différent, ou encore il pourrait y avoir un changement de destin pour ces cellules. Pour une explication avec plusieurs hypothèses, lisez Sivaraman et Medina, 2002. Voir aussi Blakely et al. 2006, Russo et al. 2006, Russo et Russo 1997, Uehara et al. 2006, Schedin et al. 2004 pour plus de détails sur les probables mécanismes provoqués.