Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions

Rat Behavior and Biology : À quoi sert la castration ?

Aller à : Navigation, rechercher
À quoi sert la castration ?
(http://www.ratbehavior.org/Neutering.htm)


Auteur original : Anne Hanson (25 juin 2007)
Traduction : Cécile Voisin (4 janvier 2011)
Correction : Charlotte Dumartin et Estelle Deyrieux


Note : Je suis biologiste, pas vétérinaire. Cet article a pour but de donner aux propriétaires de rats des informations sur les effets de la castration, le comportement et la fertilité des rats mâles, décrits dans les livres. Cet article n'a pas pour but de résoudre les comportements inhabituels, ni de remplacer l'avis d'un vétérinaire. S'il vous plait, consultez votre vétérinaire par égard pour votre animal.


Sommaire

Qu'est-ce que la castration ?

La castration est l'ablation chirurgicale des testicules d'un animal mâle. Les testicules produisent le sperme et une hormone appelée testostérone. Enlever les testicules implique que le mâle ne puisse plus produire de sperme. La castration réduit considérablement le niveau de testostérone, ce qui modifie le comportement, spécialement les comportements sexuels et agressifs.

Quelles sont les conséquences de la castration ?

Réduire l'agressivité

La castration a tendance à réduire l'agressivité chez le rat mâle (DeBold et Miczek 1981). Les rats castrés ont tendance à ne pas initier de conflit (Barfield et al. 1972).

Les rats dominants castrés ont tendance à perdre leur statut. La castration entraîne une perte de position du rat dominant et un bouleversement de la hiérarchie sociale (Stewart et Palfai 1967). Après la castration du rat dominant, un rat dominé entier peut devenir dominant et peut présenter une augmentation de son niveau d'agressivité (Albert et al. 1986).

La castration réduit l'agressivité envers les intrus. En temps normal, le mâle dominant d'une colonie est celui qui attaque le plus les intrus (Blanchard et al. 1988). Si le mâle dominant est castré, il fait moins preuve d'agressivité envers les intrus. Un ancien dominé peut par conséquent devenir plus agressif envers les intrus (Albert et al. 1986).

Cependant, la castration n'élimine pas l'agressivité. L'agressivité dépend de beaucoup de facteurs autres que la testostérone. Par exemple, un mâle castré peut continuer à montrer un faible taux d'agressivité envers un intrus dans sa cage. Une telle agressivité est basse, environ 15 % du taux de pré-castration. Quand il fait face à un intrus entier, le rat castré résident est plus agressif que l'intrus 50 % du temps (Albert et al. 1986). Christie et Barfield (1979) ont découvert que les résidents castrés font rarement preuve d'agressivité à moins qu'un intrus entraîne un affrontement. La castration peut donc réduire radicalement l'agressivité et peut amener à la perte du statut de dominant, mais les rats résidents castrés font preuve d'agressivité, particulièrement envers les intrus dans leur propre cage.

Réduire les attaques contre les rats castrés

Les rats castrés sont moins attaqués par les autres rats.

Plus précisément, les intrus castrés sont moitié moins attaqués par les mâles résidents que les intrus entiers (Debold et Miczek 1984, Christie et Barfield 1979, voir aussi Flannely et Thor 1976, Barfield et al. 1972).

Les mâles castrés à différents âges suscitent différents taux d'agression des mâles résidents. Flannelly et Thor (1978) ont présenté des mâles résidents agressifs à des intrus adultes castrés à différents âges (1, 10, 30 ou 60 jours). Les intrus castrés avant la puberté (1, 20 ou 30 jours) étaient immunisés contre les attaques. Les mâles castrés après la puberté, à 60 jours, étaient sujets aux attaques et recevaient des morsures. Vingt et un pour cent des intrus entiers étaient tués.

La castration d'un intrus réduit donc les attaques qu'il reçoit d'un mâle résident. La castration d'un intrus est spécialement efficace si elle a lieu avant la puberté.

Réduire le marquage urinaire

La castration a tendance à réduire le marquage urinaire.

Price (1975) a mesuré la marquage urinaire des rats mâles avant et après la castration. Il a découvert que le marquage urinaire diminue de 17 % après la castration.

Taylor et al. (1987) ont aussi mesuré le marquage urinaire pré- et post-castration. Les auteurs ont découvert que dans le mois suivant la chirurgie (7 à 27 jours post castration) les rats marquent de leur urine à 19,5 % (+/- 3,96 %) du taux pré-castration. Durant le second mois (27 à 47 jours post castration), les rats castrés marquent à seulement 3,2 % (+/- 0,46 %) de leur taux de pré-castration.

Augmenter l'obésité

Les rats entiers mangent moins et ont un plus faible pourcentage de tissus adipeux que les rats castrés. Plus particulièrement, les rats entiers mangent 17 % de nourriture en moins et ont 5 % de tissus adipeux en moins que les mâles castrés (Drori et Folman 1976).

Augmenter légèrement l'espérance de vie

La castration prolonge modérément la vie chez les rats.

Drori et Folman (1976) ont castré des mâles ayant entre 38 et 44 jours. Ils ont découvert que les rats castrés vivaient en moyenne 2 ans, 2,9 mois +/- 32 jours, alors que les mâles entiers vivaient 2 ans +/- 26 jours.

Pour examiner la longévité de plus près, les auteurs ont divisé les morts en "mort précoce" (les 25 premiers rats de chaque groupe à mourir) et "mort tardive" (les derniers 24 rats de chaque groupe à mourir). Les rats castrés morts précocément mourraient environ 2 mois après, et ceux morts tardivement mourraient environ 4 mois après le groupe contrôle :

Description Âge moyen de mort précoce Âge moyen de mort tardive Âge moyen (toutes les morts)
Castrés 1 an, 9 mois +/- 30 jours 2 ans, 9 mois +/- 22 jours 2 ans, 2,9 mois +/- 32 jours
Témoins 1 an, 6,9 mois +/- 22 jours 2 ans, 5,3 mois +/- 16 jours 2 ans +/- 26 jours

Notons, néanmoins, qu'un exercice régulier, l'accouplement et une nourriture limitée prolongent plus l'espérance de vie que la castration :

  • Un exercice régulier consistant en 2 minutes de roue par jour (7 jours par semaine à 19 mètres la minute en commençant à l'âge de 55 jours, et 6 jours par semaine à 9,5 mètres par minutes après 14 mois).
  • Les mâles accouplés étant hébergés avec des femelles ayant subi des hystérectomies.
  • Les mâles dont l'accès à la nourriture était restreint ne pouvaient s'alimenter que 6h par jour.


Les rats du groupe d'exercice, qui avaient une activité brève mais énergique chaque jour ont vécu environ 2 ans et 4,3 mois. Les rats qui s'accouplaient régulièrement ont vécu 2 ans et 3,5 mois, et les rats ayant un régime restreint ont vécu 2 ans et 5,2 mois (Drori et Folman 1976).

Dans des expériences similaires, Drori et Folman (1986) ont découvert que la castration entre l'âge de 38 et 44 jours augmente légèrement l'espérance de vie, de 21,6 mois +/- 28 jours à 22,1 mois +/- 32 jours, et Asdell et al. (1967) ont découvert que les mâles entiers ne s'étant jamais accouplés vivaient environ 20,3 mois +/- 21 jours tandis que les mâles castrés à 45 jours vivaient 21,5 mois et +/-26 jours.

Une étude a montré que l'âge de la castration est important : Talbert et al. (1965) ont découvert que la castration à la naissance prolongeait la vie de 15,1 mois à 17,4 mois, mais que la castration au sevrage ou à 100 jours n'avait pas d'effet sur l'espérance de vie.

Conclusion : Ces études ont démontré que les rats castrés vivaient légèrement plus longtemps qu'un groupe similaire de rats entiers. La castration n'est pas, bien entendu, une garantie de vie plus longue. Considérons plutôt que les rats castrés ont une espérance de vie modérément plus élevée que les rats entiers. Cependant, d'autres facteurs, comme l'exercice, l'accouplement et un accès limité à la nourriture peuvent prolonger la vie, même plus que la castration si l'on compare à un groupe similaire de rats normaux. La longévité est sujette a des facteurs très variés, et l'état hormonal est juste l'une des nombreuses variables jouant un rôle pour déterminer combien de temps un individu pourrait vivre.

Pourquoi la castration prolonge-t-elle la vie ?

La castration peut prolonger la vie en éliminant les effets réducteurs de vie de la testostérone. Par exemple, la testostérone peut provoquer des tumeurs, ainsi la castration a tendance à réduire les risques de tumeur. Chez Drori et Folman (1976), 10,4 % des mâles entiers ont développé des tumeurs contre 8,7 % des mâles castrés : une petite diminution. La castration peut aussi prolonger la vie en diminuant le taux métabolique, ce qui peut retarder la mort en cas de maladie incurable.

Les rats castrés sont stériles

Les testicules produisent du sperme, ainsi, enlever les testicules élimine les organes producteurs de sperme et rend le mâle infertile. Cependant, la stérilité après la castration n'est pas immédiate.

Combien de temps après la castration un rat est-il stérile ?

Il y a très peu d'études scientifiques étudiant la fertilité après la castration. Pour l'instant, je n'ai repéré qu'une telle étude dans les livres.

Pholpramool et Sornpaisarn (1980) ont castré 21 rats mâles. Les auteurs ont découvert que deux jours après la castration, la fertilité de ces rats castrés était normale. Après le second jour, la fertilité a commencé à diminuer lentement, et vers le huitième jour après la castration, tous les rats étudiés étaient stériles.

Plus précisément, Pholpramool et Sornpaisarn (1980) ont castré 21 rats mâles et les ont divisés en groupes de 2 à 5 rats. Les mâles de chaque groupe étaient ensuite hébergés individuellement pour une nuit avec deux femelles en chaleurs le jour de la castration ou 1, 2, 3, 4, 5 ou 8 jours après. Les accouplements étaient vérifiés par la présence de sperme dans la vagin le matin suivant. Les mâles ne s'étant pas accouplés avaient une autre opportunité la nuit suivante et étaient placés dans le groupe suivant.

La gestation des femelles était examinée 10 jours plus tard. La fertilité des mâles était mesurée pour chaque mâle avec un pourcentage : le nombre d'ovules qu'il a fertilisé / le nombre d'ovules produits par la femelle × 100. Plus particulièrement, %fertilité des mâles = #site d'implantation / #corps luteal × 100. Donc, si le résultat d'un mâle est de 100 % il a fertilisé tous les ovules de la femelle. Si son résultat est de 31,5 % il a fertilisé un petit peu moins d'un tiers des ovules.

Jours après castration Pourcentage de fertilité des mâles Notes sur la fertilité Notes comportementales
0 100 % Fertilité normale Activité sexuelle normale
1 100 % Fertilité normale Activité sexuelle normale
2 89,2 % (+/- 2,4 %) Faible baisse de fertilité
3 51,6 % (+/- 22,7 %) Forte diminution de fertilité
4 45,5 % (+/- 46,7 %) La fertilité continue à décliner
5 31,5 % (+/- 2 à 3 %) La fertilité continue à décliner L'activité sexuelle décline. La plupart des mâles ne sont

plus intéressés par la copulation

8 0 % Mâles complètement infertiles Un seul mâle accouplé

Pourquoi les mâles castrés mettent-ils si longtemps à être stériles ?

En temps normal, les spermatozoïdes quittent les testicules et entrent dans un long tube nommé épididyme. Ils voyagent dans ce tube, mûrissent et gagnent leur capacité de fertilisation. Les spermatozoïdes sont stockés à l'extrémité de l'épididyme, où ils restent fertiles durant 42 jours chez le rat, puis meurent (White 1932).

Après la castration, les spermatozoïdes se déplacent rapidement à travers l'épididyme (Sujarit et Pholpramool 1985). L'épididyme s'atrophie, devient hostile aux spermatozoïdes et les détruit lentement (Arya et Vanha-Perttula 1985). Dans les 3 à 4 jours suivant la castration, les spermatozoïdes dans l'épididyme perdent leur mobilité, perdent leur capacité à fertiliser et meurent (Dyson et Orgebin-Crist 1973).

Une expérience naturelle

Une organisation de sauvetage de rats, Rattenvermittlung, qui est une partie du club de rats Suisse nommé der Rattenfreunde Schweiz, ont castré tous les mâles en bonne santé avant de leur trouver une maison. Les rats castrés étaient placés dans des cages avec des femelles 10 jours après la chirurgie. Plus de 100 mâles ont été castrés et placés avec des femelles. Aucune gestation n'a eu lieu (C. Schenk, pers. comm.[1]).




Notes de traduction

  1. signifie "personnal communication", c'est à dire que l'information n'est pas de source officielle