Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions

Présentation du métier d'auxiliaire spécialisée vétérinaire

Aller à : Navigation, rechercher

L’Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV) travaille dans un cabinet, une clinique ou un hôpital vétérinaire et assiste le praticien.
En 2010, il y a en France 6 415 cliniques et cabinets vétérinaires, dont un peu plus d'un quart n’a pas de salariés (1 653). Ses tâches sont polyvalentes, secrétariat, accueil, assistance en chirurgie, en soins, en radiologie et en examens complémentaires, surveillance post opératoire et surveillance des animaux hospitalisés.
En plus l’ASV est responsable de l’hygiène des locaux de la clinique vétérinaire, de l’entretien et de la désinfection du matériel et des instruments.


Sommaire

La formation spécifique du métier

La seule formation d'auxiliaire vétérinaire reconnu par la branche vétérinaire est délivré par le GIPSA (Groupement d'Intérêt Public Formation Santé Animale et Auxiliaires vétérinaires). C'est une formation qui se déroule en alternance, en un an ou deux selon le certificat envisagé : AVQ (auxiliaire vétérinaire quatre) en un an, ou ASV (auxiliaire spécialisé vétérinaire) en deux ans. Pour être inscrit à cette formation, il faut trouver un vétérinaire employeur acceptant de signer un contrat de professionnalisation ou d'apprentissage.


Il existe par ailleurs des formations par correspondances : elles peuvent être intéressantes notamment pour les personnes qui travaillent déjà ou qui souhaitent une reconversion professionnelle. Mais, lors de ces formations, il est indispensable de réaliser des stages pour acquérir de la pratique. Ces formations ne délivrent pas de diplôme reconnu par la convention collective, mais les avoir suivi peut être la marque de la forte motivation qui anime la/le candidat(e) à un poste d’ASV, et sera peut être un plus lors d’une embauche. En effet, jusqu’à présent, les vétérinaires n’ont pas l’obligation d’embaucher du personnel diplômé, hormis dans les hôpitaux vétérinaires. Il est donc courant que les vétérinaires forment eux-même leur personnel au sein des cliniques.


Compétences nécessaires à l’exercice du métier d’ASV

Sur le plan déontologique, le travail de l'ASV doit s'effectuer dans le respect des règles imposés au vétérinaire praticien, sous peine d'engager la responsabilité professionnelle de ce dernier. Les ASV devront donc observer en toutes circonstances un devoir de réserve. Sur le plan réglementaire, l'exercice de la médecine et de la chirurgie des animaux est réservé aux vétérinaires. Les actes de diagnostics d'interprétation de résultat d'examens, de prescription, de certification, d'anesthésie et de chirurgie sont donc exclus des attributions de l'ASV, sous peine d'exercice illégal de la médecine vétérinaire susceptible d'engager leur responsabilité propre. Les activités liées aux soins seront pratiqués a la demande et sous le contrôle du vétérinaire qui pourra intervenir à tout moment. Il appartiendra à l'ASV de respecter les limites de son rôle et de référer sans délai au praticien toutes les situations qui relèvent de sa seule prérogative.
Sur le plan relationnel, l'ASV est l'interface entre le vétérinaire et le client; à ce titre il/elle a une responsabilité importante dans la première impression du client et dans l'image du cabinet ou de la clinique. C'est pourquoi il/elle devra respecter les impératifs de l'accueil professionnel en adoptant une présentation soignée et un comportement avenant et respectueux à l'égard de la clientèle. Sur le plan de la sécurité, l'ASV est exposé à des risques spécifiques liés :

  • aux contact avec les animaux : morsures, griffures transmission des zoonoses
  • au contact avec des déchets de soins, des matériaux coupants et piquants
  • à l'exposition aux rayonnements ionisants
  • a la manipulation de produits corrosifs toxiques ou inflammable utilisés pour certains actes ou pour la conservation des prélèvements
  • à la manipulation de certains appareillages ou instruments dangereux

Le salaire

Il est établi en fonction d’échelons déterminés par la convention collective et à un coefficient qui sera multiplié par la valeur de l’année du point de la profession. Une auxiliaire vétérinaire échelon 3 (débutante) gagne 9,88 € brut (environ 1176 € net pour 35 h en retirant 21% de charges) (le SMIC est à 9,22 €/h brut) le SMIC net est à 1072 € pour 35 h .
Pour l’Ancienneté 5 % après 3 ans, 7 % après 5 ans, 10 % après 10 ans, 15 % après 15 ans et 20 % après 20 ans. Les primes d'ancienneté sont calculées sur la base du salaire conventionnel Cinq échelons y sont définis :

Echelon 1

Personnel de nettoyage et d’entretien des locaux : coefficient 100.
Personnel assurant le nettoyage et l’entretien de l’ensemble des locaux, du mobilier et des textiles professionnels du cabinet, de la clinique ou du centre hospitalier vétérinaires.
Ce personnel travaille à temps plein ou à temps partiel, il peut intervenir en dehors des heures d’ouverture.
Aucune qualification particulière n’est nécessaire.

Echelon 2

Personnel d’accueil et de secrétariat : coefficient 105.
Personnel non titulaire du titre d’auxiliaire vétérinaire assurant principalement les activités suivantes :

  • accueil et réception ;
  • secrétariat ;
  • aide à la gestion et à la comptabilité ;
  • vente de produits vétérinaires sans prescription ;
  • hygiène et maintenance des locaux.

Ce personnel assurera l’hygiène et la maintenance des locaux, du matériel et des textiles professionnels, du fait de l’activité professionnelle, notamment l’entretien permanent de la propreté et l’entretien sanitaire : excréments, urines, sang, poils…

Echelon 3

Auxiliaire vétérinaire : coefficient 107
Ce personnel doit assurer, en plus des tâches définies à l’échelon 2 :

  • hygiène, sécurité et aide à la contention ;
  • assistance technique du praticien ;
  • aide à la consultation, aux soins, aux examens, à la radiologie et à la chirurgie ;
  • préparation du matériel médical et chirurgical.

Echelon 4

Auxiliaire vétérinaire quatre (qualifié) : coefficient 110.
Personnel titulaire du titre du titre d’auxiliaire vétérinaire quatre (AVQ) du Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) effectuant les mêmes tâches que l’échelon 3.

Echelon 5

Auxiliaire spécialisé vétérinaire : coefficient 117.
Ce personnel titulaire du titre d’auxiliaire spécialisé vétérinaire (ASV) doit assurer en plus des tâches définies à l’échelon 3 :

  • assistance à la comptabilité ;
  • conseil et vente argumentés des produits vétérinaires sans prescription ;
  • assistance aux soins et examens complémentaires ;
  • assistance chirurgicale pré-, per- et post-opératoire.

La qualification d’ASV sera enregistrée au niveau 4 des titres et diplôme (équivalent bac).
L’accès à cette qualification se fait soit par formation, soit par validation des acquis de l’expérience professionnelle (VAE), à l’issue d’une expérience professionnelle salariée ou bénévole supérieure à 3 ans équivalents temps plein à l’échelon 4, en rapport avec les activités de la certification visée.

Le salaire moyen se situe entre 1100 euros et 1300 euros. Il y a très peu de possibilités d’évolution de poste. L’ancienneté permet d’obtenir une prime maximale de 20% de salaire après 20 ans de carrière.

Les ASV sont donc amenés en fonction de l'activité de la clinique, les urgences, les plannings de travail, à réaliser des heures supplémentaires. Cela est très courant dans notre métier. Il faut le savoir. Ces heures supplémentaires sont rémunérées comme ci :
Des heures supplémentaires peuvent être effectuées ou les horaires modifiés, dans la limite fixée par la loi.
Les heures supplémentaires effectuées de la 36e à la 39e heure sont majorées de 25 %, en rémunération ou en repos, les heures prises en repos ne s'imputent pas sur le contingent d'heures supplémentaires fixé à 180 heures.
Au-delà de la 36e heure et jusqu'à la 43e heure hebdomadaire les heures supplémentaires sont rétribuées conformément aux modalités légales, soit 25 % de plus pour les 8 premières heures et 50 % pour les heures suivantes.."

Les débouchés

Le diplôme d’ASV a pour but de permettre de travailler au sein d’une clinique, cabinet ou dans un centre hopital vétérinaire. Par extension il peut être un atout pour postuler dans tout métier du domaine animalier (refuges, centres d'éducation canine...)

Il y a peu d’offres et beaucoup de candidatures. C’est donc un secteur saturé. Toute expérience ou formation dans les secteurs de la vente, de la santé, du service au public, du secrétariat ou de la gestion d’entreprise est un atout. Il est évident que le plaisir d’être en contact avec les animaux et l’aisance à entrer en relation avec eux est nécessaire pour faire ce métier.

Sources

Fiche réalisée en collaboration avec ASVinfos.com magasine professionnel en ligne (http://www.asvinfos.com) et Dorienne de jobasv

Liens